LIBÉRIA : D’IMPORTANTS BESOINS MÉDICAUX, MAIS UN ESPOIR DE TAILLE !
29 juin 2018
AGO 2018 de Solidarités International
20 août 2018

Comme les Bleus, soyons généreux !

A l’heure où la France célèbre la victoire des Bleus, champions du monde de football, saluons les joueurs qui ont déclaré verser une partie de leurs primes de participation en équipe de France au profit d’organismes d’intérêt général. Ce geste est d’autant plus bienvenu que ces organismes enregistrent, à la mi-temps de l’année 2018, une baisse des dons, laquelle est particulièrement significative pour ceux venant en réduction du nouvel impôt sur la fortune immobilière (IFI) dont les fondations sont les récipiendaires et dont bénéficient indirectement les associations partenaires.

Selon les chiffres récoltés par le syndicat France générosités* sur un panel de 28 fondations, les montants des dons-IFI reçus au lendemain du 15 juin – date limite de déclaration de l’IFI – ont baissé de 55% comparés aux dons-ISF (dons venant en réduction de l’ancien impôt de solidarité sur la fortune) reçus en 2017. Sur la base de ce panel, les pertes de dons-IFI sont ainsi estimées en ce milieu d’année à environ 130 millions d’euros par rapport aux 273 millions d’euros de dons-ISF réalisés en 2017.

Cette baisse s’explique principalement par la récente réforme fiscale liée au passage de l’impôt de solidarité sur la fortune à l’impôt sur la fortune immobilière ayant fait passer le nombre de foyers assujettis de 350 000 à 150 000. A cela s’ajoute la menace que font peser, sur les dons-IFI comme sur les dons-IR (dons venant en réduction de l’impôt sur le revenu), la hausse de la CSG impactant 60% des retraités et l’insécurité liée à la mise en place à venir du prélèvement à la source.

Si elle se confirmait d’ici la fin de l’année, cette baisse des dons serait extrêmement préjudiciable à l’action exclusivement d’intérêt général des fondations et de leurs partenaires associatifs acteurs de terrain, mobilisés quotidiennement au service du bien commun, partout sur les territoires. En résulteraient une fragilisation encore accrue de leurs publics bénéficiaires et la remise en question d’un nombre important de programmes en cours, en France comme à l’étranger. Dans un contexte où les besoins vont croissant et les subventions publiques diminuent, le soutien des Français aux organismes d’intérêt général est plus que jamais indispensable pour permettre à ces derniers de poursuivre leurs actions dans leurs très nombreux champs d’intervention, qu’il s’agisse de solidarité nationale et internationale, du domaine sanitaire et médico-social, de recherche, d’environnement, de culture, ou bien encore d’actions en faveur de la jeunesse.

A l’heure du renforcement de l’Economie Sociale et Solidaire (ESS) et de l’engagement des entreprises désireuses de s’attribuer une mission sociétale, tous deux consacrés par le projet de loi PACTE, les organismes d’intérêt général demeurent un lieu privilégié de démocratie participative, où s’expriment la mobilisation de la société civile en faveur des causes d’intérêt général comme la dimension émancipatrice de l’engagement associatif. En leur accordant les moyens d’agir, que ce soit par le biais du don (en numéraire, en matériel, en services ou en mécénat de compétence…), du legs ou du bénévolat, le donateur participe au bien commun et à la cohésion de notre société. Donner, c’est également œuvrer en faveur de l’innovation, laquelle a toujours trouvé, au sein des organismes d’intérêt général, un lieu de déploiement exempt de toute pression de résultat économique propre aux sociétés commerciales qui obéissent à d’autres règles. Agissant dans un cadre professionnel et avec un souci de l’impact humain, social et environnemental, le tissu associatif et ses partenaires les fondations et fonds de dotation constituent un tissu unique en France pour soutenir les personnes non solvables et les accompagner vers un retour à l’autonomie.

Le Centre français des Fonds et Fondations* et le Mouvement associatif*, inquiets des résultats de la collecte en ce milieu d’année, en appellent par conséquent à la générosité des Français en faisant valoir le rôle sociétal essentiel joué par les fondations reconnues d’utilité publique et les associations.

Saluant l’engagement des donateurs fidèles, ils invitent toutes celles et ceux qui souhaitent les rejoindre, et notamment les personnes auparavant assujetties à l’ISF ne contribuant plus à l’IFI, à manifester dès à présent leur solidarité en faveur des causes qui leur tiennent à cœur, au service du bien commun.

* France générosités est un syndicat regroupant associations et fondations faisant appel public à la générosité.

* Le Centre français des Fonds et Fondations est une association dont les membres – 320 à ce jour – sont des fondations (tous statuts confondus) et fonds de dotation agissant dans tous les champs de l’intérêt général.

* Le Mouvement associatif est une association dont les membres – coordinations, groupements, experts collectifs et mouvements associatifs régionaux – représentent 600 000 associations (1 association sur 2 en France).