POURQUOI

Les humanitaires de retour en France doivent faire face à des difficultés multiples, d’ordre social et professionnel.

C’est un constat partagé à la fois par les expatriés, les ONG et les pouvoirs publics en France :

chd-rh

  • Malgré la professionnalisation du secteur de la solidarité, les expatriés rencontrent fréquemment des difficultés de réinsertion à leur retour de mission et connaissent une précarité sociale persistante. Leur potentiel humain et professionnel est en effet peu ou mal reconnu par les autres secteurs d’emploi.
  • Les expatriés de retour ont de grandes difficultés à se projeter à moyen ou long terme sur le plan professionnel, alors qu’ils ont souvent un niveau moyen d’études élevé et exercé d’importantes responsabilités.
  • Ces acteurs humanitaires éprouvent souvent un sentiment d’isolement et d’incompréhension.

Deux études effectuées par l’association confirment ce besoin:
Enquête à l’origine de la création de RH
Enquête qualitative effectuée en 2007 avec le soutien du FSE

 

RH a donc pour objectifs de:

  • Éviter l’isolement en retour de mission en stimulant une entraide au-delà des réseaux internes à chaque ONG.
  • Favoriser la réinsertion professionnelle en France des acteurs de l’humanitaire.
  • Renforcer la reconnaissance sociale et professionnelle des expatriés de la solidarité internationale auprès de tous les acteurs concernés (pouvoirs publics, administrations, entreprises).
  • Renforcer l’image de professionnalisme des ONG sur le marché de l’emploi.