Djantoli

En Afrique de l’Ouest 1 enfant sur 8 n’atteint pas l’âge de 5 ans. Dans 60 % des cas, ces décès sont dus à des complications de maladies bénignes (infections respiratoires, diarrhée, paludisme). Alors que ces maladies pourraient facilement être soignées dans les centres de santé locaux, les familles se rendent trop peu et trop tardivement au centre de soins.

Djantoli s’est donné pour mission d’aider les mères à veiller au mieux sur la santé de leurs enfants, en développant des solutions durables pour faciliter le recours rapide aux soins.

À partir d’une notion simple, « veiller », Djantoli a créé une méthode de suivi, d’alerte et d’accès aux soins qui combine :

– Une surveillance sanitaire à distance de l’enfant, via le travail d’agents de médiation sanitaire et l’utilisation d’une application mobile dédiée permettant de créer un « carnet de santé électronique »pour la collecte et la transmission des données sanitaires aux soignants.

– Une assurance santé pour la famille

– Un programme d’éducation à la santé pour développer les compétences en santé des mères

L’association agit depuis 2010 au Mali et depuis 2013 au Burkina Faso.

Aujourd’hui, plus de 3500 personnes sont inscrites aux dispositifs de Djantoli  à Bamako, et Ouagadougou et Fada N’Gourma et 2600 enfants de moins de 5 ans suivis par les agents itinérants Djantoli.

– Histoire de Djantoli:

L’association Djantoli a été créée en septembre 2007 sous le nom de Pesinet par Pierre Carpentier, Antoine de Clerck et Anne Roos-Weil. Issus d’univers différents (ingénierie telecom, investissement social en Afrique, entrepreneuriat social), ils se sont rencontrés autour d’une volonté commune, celle de proposer une nouvelle approche du développement, plus équilibrée et plus durable. La méthode Djantoli a initialement été développée dans le cadre du programme académique Création d’un Produit Innovant autour d’une idée simple – celle que le suivi du poids est un très bon indicateur pour suivre l’état de santé d’un enfant – avant d’être expérimentée sur le terrain. Le projet a, depuis, bien évolué :

  • Septembre 2007 : Création de l’association Pesinet ;
  • Mars 2008 : Première expérimentation pilote au Mali ;
  • Juillet 2009 : Signature d’une convention de partenariat avec le Ministère de la Santé du Mali ;
  • Septembre 2009 : Suite à l’obtention d’une bourse d’entrepreneur social, Anne Roos-Weil prend la direction de Pesinet à temps plein ;
  • Janvier 2010 : Lancement officiel du projet en Commune III de Bamako, en présence du Ministre de la Santé ;
  • Novembre 2012 : Installation de l’association au Burkina Faso ;
  • Septembre 2013 : Démarrage officiel du premier projet de l’association au Burkina, à Ouagadougou ;
  • Avril 2014 : L’association Pesinet change de nom pour devenir Djantoli.
  • Avril 2015 : Démarrage d’un deuxième projet au Burkina Faso, à Fada N’Gourma
  • Octobre 2015 : Démarrage d’un projet en Commune IV de Bamako
  • Avril 2016 : Djantoli rejoint le pôle Solidarité Internationale du Groupe SOS

– Principes d’action:

L’approche de Djantoli est motivée par des convictions fortes :

  • Les solutions les plus efficaces sont celles qui s’insèrent simplement dans le quotidien des familles ;
  • Il faut travailler avec les structures de santé locales pour les renforcer plutôt que les concurrencer ;
  • Impliquer financièrement les bénéficiaires contribue à pérenniser nos solutions et à responsabiliser les familles ;
  • La diffusion des technologies offre de nouvelles possibilités pour rendre l’action plus efficace sur le terrain.

http://www.djantoli.org/