Groupe Chirurgie de la CHD

Animé par Xavier DUFRENOT (HumaniTerra)

Ce groupe chirurgie s’est créé il y a un an, à l’initiative de la CHD et de Chirurgie Solidaire. Il veut constituer un partenariat entre chirurgiens et associations qui ont une activité chirurgicale sur le terrain des pays en développement, et permettre un échange de pratiques pour gagner en efficacité et en crédibilité.

Le temps où chaque association humanitaire évoluait sans tenir compte des autres est révolu. Les partenariats sont importants pour faire face aux évolutions permanentes de notre monde en mouvement. Evolutions politiques qui remettent en jeu les impératifs sécuritaires, évolutions techniques qui réclament la complémentarité dans nos formations de plus en plus spécialisées, évolutions économiques qui nécessitent des actions de plaidoyer pour rappeler les engagements des pays riches pour plus de justice entre les peuples.

La mise en commun des moyens financiers, logistiques et surtout humains permettent de créer un réseau qui nous renforce, autant qu’une concurrence peut nous nuire.

Ce groupe chirurgie s’est créé il y a un an,CHD6 à l’initiative de la CHD et de Chirurgie Solidaire. Il veut constituer un partenariat entre chirurgiens et associations qui ont une activité chirurgicale sur le terrain des pays en développement, et permettre un échange de pratiques pour gagner en efficacité et en crédibilité. Il regroupe des associations : Médecins Sans Frontières, la Chaîne de l’Espoir, L’ordre de Malte, Humaniterra, Les Enfants de l’Aïr, Gynécologie Sans Frontières, Chirurgie Solidaire ; mais aussi l’Académie de Chirurgie et des chirurgiens militaires.

La première rencontre avait permis de se connaître entre dirigeants des associations, et de lister ce que l’on pouvait attendre de ce groupe pour améliorer l’avenir de la chirurgie dans les pays en développement. Depuis, une première conséquence pratique a été de diffuser auprès des adhérents les besoins en ressources humaines sur nos terrains d’intervention. Cela a permis un renforcement des équipes chirurgicales sur certains lieux pour une plus grande efficacité.

Un point important a été débattu lors d’une deuxième rencontre récente : la formation des jeunes chirurgiens qui est très spécialisée, et s’accorde mal avec nos missions qui demandent une connaissance étendue des techniques chirurgicales diverses.

Pour y remédier, plusieurs pistes : créer un DU de chirurgie en situation précaire avec des intervenants de terrain ; tenter de mettre en place une formation inter associative.

Mais il s’avère qu’il existe déjà, entre nous, des formations pour s’adapter au « terrain chirurgical » de nos missions. C’est le cas de L’armée avec CACHIRMEX, de Médecins Sans Frontières par des Journées de formation de chirurgie traumatologique avec un complément pour le viscéral, de Gynécologie Sans Frontières avec 2 sessions par an de formation à l’obstétrique et à la chirurgie gynécologique par voie basse. Enfin Chirurgie Solidaire a élaboré des manuels de chirurgie adaptés à nos missions de formation, pour la chirurgie de base, pour la coelio chirurgie, et en chantier pour la chirurgie plus spécialisée.

L’Académie serait disposée à accompagner et soutenir des modules de formation à la chirurgie d’urgence sur la base d’un partenariat tripartite associant les universitaires motivés, les militaires et les grandes ONG. Ce « levier » de l’académie pourrait être puissant sur les ministères pour une meilleure répartition des crédits pour la santé, à l’international.

Mais le meilleur apprentissage pratique reste, quand cela est possible, d’emmener des jeunes chirurgiens dans nos missions, encadrés ainsi par des seniors. Avec une attention pour qu’ils ne prennent pas la place de ceux que nous voulons former dans les pays où nous allons.

Nous sommes au début d’un processus et des chantiers importants sont encore à explorer. Sur le plan universitaire pour établir des accords inter-universités Nord-Sud, et faciliter une reconnaissance locale de nos formations. Notre communication doit se développer entre associations, mais aussi à l’extérieur pour sensibiliser le public à nos actions. Enfin, et ce n’est pas le moins important, la mutualisation de nos savoirs faire pour la recherche de financements indispensables.

Un avenir est à construire ensemble pour plus de solidarité entre les équipes chirurgicales de notre monde.

Jean-Luc MOULY

Le but de l’initiative de proposer un « groupe chirurgie » est de favoriser une connaissance mutuelle entre ONG agissant dans un même secteur, d’avoir aussi une approche homogène sur les bonnes pratiques et sur les sollicitations et besoins exprimés des pays dans lesquels nous intervenons.

Nous pourrons ainsi échanger sur nos succès et nos échecs et s’enrichir mutuellement des expériences de chacun.

Ce Groupe s’est concrétisé par une première rencontre en 2015:

Les associations présentes étaient : Chirurgie Solidaire : Jean-Luc Mouly, Médecins Du Monde : Gérard Pascal, La Chaîne de l’Espoir : Éric Cheysson, HumaniTerra : Bruno Salazard, Les Enfants de l’Aïr : François Boudinet, Gynécologie Sans Frontières : Claude Rosenthal, l’Ordre de Malte : Patrick Guyon et l’Académie de Chirurgie : Philippe Marre. Excusé : Médecins Sans Frontières : Patrick Hérard.


Warning: extract() expects parameter 1 to be array, boolean given in /htdocs/wp-content/plugins/simple-linkedin-feeds/simple-linkedin-feeds.php on line 208